Pourquoi les Français apprécient-ils tant l’Aïkido et le Japon ?

Publié le 7 Novembre 2013

L’engouement des Français pour l’Aïkido est incontestable ! La France est en effet la deuxième nation (après le Japon) comptant le plus grand nombre d’Aïkidoka ! Certains traits historiques, sociologiques et culturels communs peuvent l'expliquer, notamment l'esprit de chevalerie fermement ancré dans ces deux nations. Mais il n’explique pas tout car l’esprit chevaleresque existe aussi dans bien d’autres civilisations qui ne comptent pourtant pas autant de pratiquants qu’en France. La lecture de l’essai d’Edward T. Hall intitulé « La dimension cachée » m’a apporté d'autres éléments de réponse.

Merci à Cécilia Cayla pour cette magnifique photographie !

Merci à Cécilia Cayla pour cette magnifique photographie !

Dans cet ouvrage, l’auteur exprime et analyse de quelle manière la culture des civilisations influence les comportements des citoyens. L’auteur remarque, entre autres, de quelle manière les cartes routières sont représentées et la manière dont sont organisées les villes Françaises. Nous avons adopté une organisation radiographique et concentrique pour nos villes. A Paris, par exemple, l’Arc de Triomphe est l’élément central de la ville, voire même du pays entier. Les routes irradient de ce point vers l’extérieur. Cette organisation peut être mise en parallèle de celle des maisons Japonaises construites autour d’un Tatami central : les meubles et les murs bougent au gré des besoins. Les japonais se regroupent en ce point et le quittent le moins possible : le Tatami sert successivement de table, de bureau, de cuisine, de lit, de terrain d’entraînement, etc. Cette organisation centrale renvoie à la structuration des mouvements de l’Aïkidoka : en spirale. La rondeur des mouvements d’Aïkido et leur construction par enroulement autour d’un axe central sont donc particulièrement appréciées des Français.

Pourquoi les Français apprécient-ils tant l’Aïkido et le Japon ?

La seconde observation intéressante faite dans ce livre repose sur la quantité importante d’informations répertoriées sur nos cartes routières : aux tracés des routes viennent s’ajouter les panoramas, les vestiges de notre histoire, les lieux culturels, les restaurants, les forets, etc. L’auteur insiste sur le fait que les Français utilisent tous leurs sens pour voyager, communiquer, travailler, se divertir... Or, chaque technique d’Aïkido mobilise tous les sens. La pureté et la beauté des gestes sont intensément recherchés par la plupart des Aïkidoka Français. L’Aïkidoka doit faire appel aux sensations tactiles aussi bien qu’à la vue et l’ouïe (les Kiaï, le sifflement des armes lors des frappes, etc.). Il est même invité à développer des sensations internes et à sentir une énergie circuler en lui ! Selon les observations d’Edward Hall, le Français mobilise tous ces sens pour communiquer avec son interlocuteur et c’est exactement ce que l’Aïkido lui propose !

Cependant, à mon sens, l’Aïkido est perçu par la beaucoup de Français comme une voie d’accomplissement et d’épanouissement plus que celle d’un guerrier. C'est peut-être là que résident toutes les différences entre nos pratiques et nos conceptions respectives de l’Aïkido, cet art qui nous fait nous sentir si proches du Japon !

Rédigé par Julien Henriet

Publié dans #aikido, #art, #budo, #sport, #education

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article