Publié le 24 Novembre 2012

Aïkido et compétition

Beaucoup d’arts martiaux ont évolué vers le sport. La compétition en fait partie intégrante selon certaines définitions. Faire évoluer l’Aïkido vers le sport impliquerait donc d’y introduire la compétition. Même si les instances fédérales s’y opposent (ce que je comprends), rien ne nous empêche de peser le pour et le contre de cette option. En effet, l’Etat subventionne en priorité les sports organisant des compétions et parmi eux, les disciplines olympiques qui lui permettent de briller sur la scène internationale. La réponse quasi-systématique est que « la compétition dénaturerait la pratique et l’esprit de l’Aïkido ». Pourtant, d’autres arts martiaux l’ont fait. D’autres arts l’ont fait aussi (la Danse, le Patinage Artistique). Certaines écoles d’Aïkido l’ont aussi fait.

Soyons honnêtes : la compétition existe en Aïkido, même dans nos fédérations ! Sous-jacente et non avouée : « moi je suis un élève de … (sous-entendu, et il est bien meilleur que…) », « j’ai formé x ceintures noires », « j’ai été le seul à être félicité pour sa prestation lors du passage de grade »… Nous sommes beaucoup à nous comparer les uns aux autres. Néanmoins, il est naturel de le faire, ça nous permet de savoir où on en est et ça prouve qu’on ne pratique pas tout seul dans sa bulle mais qu’on fait aussi attention aux autres. Les compétitions pourraient prendre modèle sur les passages de grade Dan (et non l’inverse car ce sont deux types d’épreuves qu’il faut bien distinguer). On pourrait aussi imaginer un système de démonstrations techniques effectuées et préparées en club avec un partenaire. La difficulté technique et la qualité de la prestation seraient notées par un jury. On pourrait aussi imaginer qu’une partie de la note puisse s’appuyer sur une prestation effectuée avec un partenaire inconnu.

Aïkido et compétition

Cette orientation présenterait des avantages tels que la remise en question de sa pratique, la recherche de la perfection du mouvement préparé. N’est-ce pas ce que nous sommes déjà censés rechercher ? Administrativement, l’accès aux Dojos serait plus aisé, des entraîneurs, techniciens régionaux et nationaux pourraient être rémunérés par l’Etat. Organiser des compétitions pourrait aider à faire mieux connaître et promouvoir notre art. La pratique en club n’est pas non plus tenue de tomber complètement dans la compétition ; des créneaux pourraient y être réservés tandis que d’autres seraient dédiés à une pratique plus traditionnelle. N’est-ce pas déjà le cas lorsque des élèves préparent leur passage de grade ?

Aïkido et compétition

Toutefois, si, sur un plan purement pratique, l’introduction de la compétition est envisageable et avantageuse, les risques sont nombreux et l’Aïkido tel que nous le connaissons et le pratiquons pourrait en pâtir. En effet, il ne peut être jugé uniquement sur les aspects externes. On le pratique pour soi avec les autres, pour être bien dans son corps, dans sa tête et dans la société. Il y a donc une dimension spirituelle et interne (le bien-être, l’aisance, la sérénité, le confort, l’énergie, l’intention, la détermination, …) que l’œil ne peut pas toujours saisir et qu’il est donc difficile d’évaluer. De plus, l’une des grandes spécificités de l’Aïkido est de développer l’empathie, la conscience de ce que l’autre ressent et désire. En effet, nous tenons tour à tour le rôle de Tori (celui qui mène le mouvement) et Uke (généralement, celui qui attaque et subit le mouvement), nous cherchons à développer notre sens de l’anticipation et tentons constamment de lire les intentions cachées derrière les gestes du partenaire. De plus, la compétition juge un résultat alors que l’Aïkido est un chemin, une manière d’arriver à un résultat (parfait voire utopique). Pour finir, beaucoup de pratiquants sont venus à l’Aïkido parce que, justement, il n’y avait pas de compétition. Non, à bien y réfléchir, la compétition n’a pas sa place dans l’Aïkido que je souhaite apprendre, pratiquer et transmettre, même si matériellement, elle ouvrirait des portes.

Voir les commentaires

Rédigé par Julien Henriet

Publié dans #aikido, #art, #sport, #education

Repost0

Publié le 19 Novembre 2012

Qui n'a jamais dégainé son bokken en faisant "kkksssshhhhhhh !" ?...

Voir les commentaires

Rédigé par Julien Henriet

Publié dans #aikido, #art

Repost0

Publié le 12 Novembre 2012

L’Aïkido : un système éducatif pour les plus jeunes

L’Aïkido est un art martial traditionnel Japonais, mais c’est aussi un système éducatif utilisant la martialité comme prétexte et contexte. Pour cette raison, c’est l’une des disciplines permettant aux plus jeunes de s’épanouir et de développer leurs aptitudes physiques.

En effet, de part sa nature et sa philosophie, l’Aïkido se pratique avec un ou une partenaire. Il permet donc d’évoluer avec les autres, non en opposition. Les techniques sont faites et subies, développant ainsi l’empathie : le (la) pratiquant(e) est donc invité(e) à se mettre à la place de l’autre, à ressentir ce qu’il (elle) a fait subir à son (sa) partenaire, à tenir plusieurs rôles.

L’Aïkido : un système éducatif pour les plus jeunes

L’un des aspects de l’apprentissage des techniques est la recherche d’efficacité et de puissance au travers de la coordination. Coordination avec les mouvements et déplacements de son (sa) partenaire, coordination des différents groupes musculaires au sein de son propre corps.

Le schéma corporel se met progressivement en place grâce au développement de la proprioception, du contact, en apprenant à savoir où se trouvent ses membres, si sa tête est bien « posée » à la verticale des épaules, ni trop en avant, ni trop en arrière, en corrigeant les éventuelles erreurs de positionnement du buste, des hanches ou des épaules…

L’Aïkido : un système éducatif pour les plus jeunes

Une fois les chutes apprises, il sera possible de travailler les aspects cardio-ventilatoires en introduisant du rythme dans la pratique et dans l’enchaînement des techniques. Le jeu a ainsi toute sa place dans la pratique, un jeu où tout le monde gagne ! Quoi de plus amusant que rouler parterre ? Quoi de plus amusant que jouer au petit samouraï ? Quoi de plus amusant qu’apprendre à devenir un héros ?

Apprendre des techniques pour se défendre renforce la confiance en soi. Art traditionnel Japonais, l’Aïkido propose un cadre rassurant pour les jeunes, avec des règles de conduite simples, permettant une pratique sécurisée et respectueuse des autres. De plus, la compétition ne sera jamais introduite, permettant ainsi aux plus timides et introvertis d’être acceptés pour ce qu’ils sont dans un groupe : avec L’Aïkido, c’est du gagnant-gagnant ! Bien entendu, ce qui est applicable aux plus jeunes est aussi applicable à tous les grands enfants que nous sommes !...

Voir les commentaires

Rédigé par Julien Henriet

Publié dans #aikido, #education, #enfants, #jeunes

Repost0